Parlez-vous le Thierry Roland ?

thierryroland76.jpg

Vous avez sans doute maintes fois allumé votre télévision, le souffle haletant, pensant avoir manqué le début du match. Avant même que l’image n’apparaisse, la voix légèrement stridente de Thierry Roland retentit et, d’une certaine manière, vous rassure : il n’en est qu’à la description de la couleur des « tuniques et des bas » et à Monsieur Hølm, « le placide arbitre scandinave » qui « officiera » et sera en charge de siffler les « coups de pieds de coin ». C’est alors parti pour 90 minutes d’une immersion totale dans la France des Trente Glorieuses. Un retour à une époque révolue donc, cette époque que peu d’entre nous avons finalement vécue. Si ce n’est à travers les bavardages du plus désuet des commentateurs français, et c’est dire, tant ils n’ont pas évolué depuis que Thierry La Fronde a débuté en journalisme, il y a presque 400 50 ans maintenant.

Avec Thierry Roland, jadis sur Antenne 2, puis sur TF1 et aujourd’hui sur M6, et au delà de ses quelques dérapages déjà forts connus (« Mais comment a-t-on pu confier l’arbitrage d’un quart de finale de coupe du monde à un arbitre tunisien ? » etc…), c’est une authentique plongée dans les années de la France d’après guerre qu’on nous propose. Celles de l’ORTF, de Pierre Poujade et du petit commerce quand ce n’est pas ces années tourmentées par l’idéologie de l’OAS.

De la limonade Vittel Délice aux Accords d’Evian, les observations de Thierry Roland nous enivrent pourtant dans un torrent de Suze et de Picon. Ca fleure bon la DS flambant neuve, les rasades de whisky dans des avions Air Inter enfumés par la cigarette. Un temps où on ne disait pas « la télévision » mais « le poste », ou on ne prenait pas « la voiture » mais « l’auto » (essayez de placer dans une conversation « je prends l’auto », l’effet est garanti…). Une époque bien heureusement révolue.

edouardtoudouzeetudiantdumoyengetudepourlesdcorsdelasorbonne.jpg

Aquarelle: Thierry Roland dans sa jeunesse

Nous vous proposons donc un court florilège des expressions surannées de notre immortel à nous. Reste qu’il n’est parfois pas évident de tout saisir du premier coup, surtout si vous êtes nés après 1970. Mais rassurez-vous, ce n’est pas pour rien que des centaines d’exégètes lui consacrent des journées entières, tentant de décrypter la signification des fameux mais non moins mystérieux « il a avalé la trompette« , « ils ne passeront pas leurs vacances ensemble » ou « c’était dedans, c’était pareil« . Docteur Soccer décline cependant toute responsabilité en cas d’incompréhension et vous propose d’écrire à un des meilleurs spécialistes interprètes en ethno-rolandie, à l’adresse suivante : jean-michel.larqué@TF1.fr

Alors, parlez vous le Thierry Roland ?

« -Ah ce joueur c’est une carne ! Le père [remplacer par le nom de n’importe quel joueur Italien] passe son temps à houspiller les autres. Il a pas tort, du reste, alors que lui il s’échine en première ligne y’a [remplacer par le nom du joueur que Roland aura pris en grippe] qui reste là à faire flanelle. »

« - Il y a un des joueurs bataves qui s’en va clopin-clopant à la recherche de son soulier, ça n’a pas empêché son coéquipier [remplacer par un joueur quelconque à consonance nordique] de lui envoyer une bourrade sur l’épaule, mon vieux ! Cette équipe est cocasse. »

« - C’est pas une équipe à deux sous, elle nous montre un football (ndlr : prononcer foutebale), somme toute, elle démontre du jeu, elle me paraît même tout à fait à la coque. Il faut dire que le nouvel entraîneur passe son temps à rouspetter sur ses joueurs. Faut dire que c’est pas un mauvais bougre et il obtient des résultats ».

« -D’t’a l’heure, y a [remplacer par un des joueurs de l’équipe] qui est allé au charbon, il en a été quitte pour une bonne poussée mais il a pas bronché et il s’est directement remis d’aplomb ! Ca change du début de saison, quand ils étaient sur le terrain à avoir la cosse. »

Pour Docteur Soccer, le stagiaire Vincent Voiture

Nous adressons nos chaleureux remerciements, pour son aide, à Philippe de Rambouillet, auteur d’une thèse intitulée « Tournures et vocabulaire des années 50-60 dans les commentaires sportifs de Thierry Roland ».

7 Réponses à “Parlez-vous le Thierry Roland ?”


  • Cher Vincent, merci pour ce voyage dans le temps qui, comme le dit si bien la formule consacrée par Sinclair et Lio, m’a mis les poils, seul devant mon écran d’ordinateur. Une question pour aller plus loin, à laquelle, j’en suis sûr, votre érudition suffira pour donner une réponse: comment définiriez-vous le rire de notre cher ami Thierry Roland, qui a lui aussi marqué les esprits? Votre plume parviendra-t-elle à nous le faire entendre. C’est un défi que je vous lance mon cher ami. Pour un stagiaire, vous m’avez l’air sacrément compétent!
    bien à vous
    Steph

  • Chère Stéphanie,

    merci de votre soutien, puissent Pierre Costar et Patrick Soumillon vous entendre, ils m’ont promis de passer « Intérimaire Senior » il y a 2 ans de cela.

    Concernant le rire de monsieur Roland, il s’agit d’un véritable tour de maître puisqu’il parvient à combiner un rire étouffé à un rire sonore. Il serait en fait la copie conforme du rire de Roger Couderc, le mentor de Thierry, dont il adopta le rire par mimétisme (et qu’il transmettra peut-être à Alex Goude, qui sait ?). Après-guerre, on appela ce rire « la mitrailleuse » ou « la mitraille », on comprend assez aisément pourquoi.

    Bien cordialement,

    le stagiaire Vincent Voiture

  • En tous cas belle article bien documente et qui nous amene un peu de culture dans ce monde de brutes comme aurait pu dire Thierry R.

    Bravo le stagios

  • « Monsieur Voiture, laissez-moi vous dire que vous êtes un salaud !!! »

    Alfred.

  • Dominique Grimault

    Ma sortie sur les « voleurs de poule » roumains, je la dois à toi et à toi seulement. Tu es ma plus grande source d’inspiration, merci pour tout.

    Bien confraternellement,

    La Grime

  • Mon petit Vincent,

    Tes articles mériteraient vraiment un statut moins précaire. Foutue crise…

    Cela dit la reprise est prévue pour 2011-2012.

    Garde espoir.

    Bien à toi,

    Pierre

  • Voiture,

    le comité de carrière a statué sur ton sort lors de l’AG d’hier, en présence de Pierre Costar, Philippe Chounard ainsi que tout le directoire.

    Au regard de tes prestations récentes, jugées plutôt correctes dans l’ensemble, il a été validé l’attribution à ton bénéfice d’une prime exceptionnelle, égale à 50% de ton salaire moyen constaté sur les 3 derniers mois.

    Puisque tu es stagiaire et n’as donc pas de salaire, cette prime s’élèvera à 0 EUR. Pas un énorme coup de pouce, la maison-mère en est bien consciente, mais le but était ici de t’encourager grâce à une action symbolique. Voilà qui est fait.

    Tu fais du bon boulot Voiture, ne nous déçois pas, et vas me chercher un café mon grand.

    Patrick
    DS! Holding Ltd.

Laisser un Commentaire




I.R.B.Sougueur,Mouïmti |
saussey |
PYRENEES RUGBY SEVEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | iDefis-Groupe Evolution +
| Amicale Lyonsaise de Footin...
| essai de présentation