Le football loisir, c’est 100 euros de l’heure.

footimprovis.jpg

A Paris, un nouveau pas a été franchi dans l’intermédiation des activités jusqu’ici gratuites. On savait déjà que c’en était fini du bon vieux footing en plein air, tant il est désormais de bon ton de transpirer sur le tapis roulant du Club Med Gym. Et puis c’est ringard de courir, comme ça, là, comme un moins que rien, il faut s’inscrire au semi-Marathon de nos jours! Mettez vous à la page ! Depuis quelques années, cette tendance a aussi naturellement envahi la pratique du foot. Vous avez surement dû en entendre parler, tant ces deux mots sont sur toutes les lèvres, un véritable phénomène vous dis-je ! Urban Foot, où comment faire payer 100 euros par heure pour une activité auparavant gratuite. Les adeptes du Jorkyball en savaient déjà quelque chose. Les autres en seront pour leurs frais. Expliquons-nous.

« Dans l’ temps« , comme dit ma grand-mère, de quoi avait-on besoin pour se taper un petit foot entre amis ? Quelques mètres carrés d’herbe (un peu) et de terre (beaucoup), un terrain vague, ou le stade municipal de l’équipe de Division Honneur quand le gardien du stade avait le dos tourné. Quelques copains et puis les sweat-shirts ou les sacs en guise de buts de fortune et puis c’était à peu près tout.

Pour les économistes, le foot d’antan que nous venons de décrire peut être considéré comme un bien public : n’importe qui avait le droit de se rendre sur le terrain (utilisation non exclusive). Et puis il y avait toujours une place pour un joueur supplémentaire (condition de non rivalité). Dit simplement, c’était entrée gratis. Un des derniers avatars de la solidarité mécanique chère à Durkheim. Et pour le stade municipal dont la porte fermée obstruait l’entrée me direz-vous ? Le passage au dessus de la grille ou entre les barreaux rendait finalement l’accès libre…

Aujourd’hui, on est passé à l’Urban Foot. Son concept, c’est essentiellement une surface plus petite qu’un terrain de Hand-Ball recouverte de pelouse synthétique et entourée d’une bordure qui évite que la balle ne sorte du terrain. C’est aussi quelques règles qui lui sont propres : la zone autour du but dans laquelle aucun joueur autre que le gardien n’a le droit d’entrer. Les tacles sont interdits (si si…). On réserve pour une heure, 5 personnes par équipe, ce qui fait 10 euros par personne.

Pour quelle valeur ajoutée me direz-vous ? En une heure, on se met cher, physiquement s’entend. On doit pouvoir comparer l’intensité de l’effort au squash. Le centre historique de l’Urban Foot, celui de Puteaux, est situé à deux pas du quartier de la Défense, et les jeunes actifs s’y précipitent en sortant des grands groupes où ils travaillent. On joue souvent en intérieur, cela permet d’éviter les conditions difficiles en hiver.

En tout cas pour l’entreprise Urban Foot, c’est le gros lot. Les créneaux de réservation des terrains vont jusqu’à minuit en semaine. Les quatre terrains intérieurs ont un taux de remplissage à faire pâlir les professionnels du tourisme. Et puis tout un tas de services sont désormais proposés (resto, paris sportifs, vente d’équipements). En extérieur, interdit de parler pour ne pas gêner les riverains, à la moindre effusion, un vigile vous menace d’arrêter le match. Ce qu’il met régulièrement en pratique.

Voilà, personnellement, quand je joue dans ces conditions, je me demande si, finalement, le caractère totalitaire de nos sociétés n’a pas insidieusement pris le dessus : « amusez-vous pendant une heure, de 14h à 15h, pas de tacle, pas de pluie, ne manifestez aucune émotion par contre« . Bienvenue dans le foot aseptisé, bienvenue à Gattaca ! Et le pire, c’est que pour une fois, Jean Michel Aulas n’y est pour rien !

Ne serait-ce pas là un signe de plus montrant le délitement social et la marchandisation de tous les aspects de la vie de l’homme moderne, y compris de ses loisirs ? Oula, on va peut-être un peu loin là. La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’à 10 ans, je me souviens, j’allais jouer des heures avec les planches pleines de clous qui traînaient dans le fond du jardin. Maintenant, pour l’anniversaire du gamin, c’est séances de Kart et Paintball à tous les coups. Pfff, ma grand-mère a bien raison.

Pour Docteur Soccer, le stagiaire Vincent Voiture

4 Réponses à “Le football loisir, c’est 100 euros de l’heure.”


  • Ah mort, l urban!!!
    pour ma part, je n ai jamais accepte de donner l ombre d un centime a ces dictateurs en herbe que sont les tauliers de l urban!
    Mort a HEC!

  • Tres bel article que je partage totalement…

    Quand la dictature du marche est telle qu elle guide nos vies et loisirs…

    Triste realite !!

  • Ce qui me fait halluciner c’est que l’urban football de paris soit au milieu de la foret de Meudon…

  • cet article ne sert strictement à rien ! l’urban foot n’empêche personne d’aller taper le ballon entre pote dans un parc me semble-t-il !!! quoi que vous vouliez faire, si vous ne voulez pas de contrainte météorologique, si vous voulez des terrains nickel, des disponibilités horaires, si vous voulez jouer la nuit ect…..,et bien vous payer et ça me semble logique !

    De plus, cela se vois que l’auteur de cet article n’y connait que dalle à l’urban foot et si justement cette discipline connait un essor considérable c’est bien parce que les passionnés et amateurs de foot y trouve leurs compte !!! alors arrêtez un peu avec vos éternelles critiques. quand l’auteur de l’article dit qu’il ne faut manifesté aucune émotion je me demande si réellement il se rend compte de sa bêtise…Bref

    Que vous vouliez faire un badminton sur un bon terrain, un squash, un golf,un tennis…. et bien faut raquer, c’est tout, ont a rien sans rien, et sachez aussi que vous pouvez faire de l’urban foot pour moins de 100€ de l’heure, a bon entendeur…

Laisser un Commentaire




I.R.B.Sougueur,Mouïmti |
saussey |
PYRENEES RUGBY SEVEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | iDefis-Groupe Evolution +
| Amicale Lyonsaise de Footin...
| essai de présentation